Session annuelle, édition 2017 du Médiateur de la République : Joseph Gnonlonfoun toujours préoccupé des difficultés de ses concitoyens.

La session annuelle du Médiateur de la République du Bénin qui s’est ouverte au siège de l’Institution à Porto-Novo le vendredi 17 novembre 2017 prend fin le vendredi 1er décembre 2017. L’objectif de la session est, entre autres, d’accroitre le taux de réponses aux demandes d’intervention adressées par le Médiateur de la République aux ministères, communes et établissements publics ; de donner davantage satisfaction aux usagers du Médiateur de la République ; établir une meilleure collaboration entre le Médiateur de la République et les administrations publiques ; redorer l’image de l’administration publique auprès de ses usagers et accroitre la visibilité de l’Institution du Médiateur de la République auprès du public et des cadres de l’administration en charge des dossiers.

Pour l’édition de 2017, 211 dossiers sont à l’ordre du jour et concernent plusieurs structures administratives. Ces dossiers ont rapport aux affaires domaniales et foncières, à la carrière des agents, aux pensions de retraite, au reversement des cotisations sociales, aux problèmes de facturation au niveau de la société béninoise de l’énergie électrique (SBEE), à la gestion des bourses des étudiants, aux créances sur l’Etat ou sur les collectivités locales. Les dossiers liés aux licenciements abusifs sont aussi à l’ordre du jour de cette session.

Pour le Médiateur, ‘’La session en effet constitue pour nous une de nos activités majeures, car elle nous donne l’occasion de communiquer avec nos concitoyens, de transmettre les observations de nos compatriotes qui nous saisissent aux administrations et de discuter avec elles, de dialoguer « physiquement » avec lesdites administrations. Car, comme vous le savez, les contacts humains, sont plus toniques, sont plus dynamiques que des échanges épistolaires.

Les sessions mettent plus en évidence le rôle ’’d’intercesseur gracieux’’ que la loi confère au Médiateur de la République, car elles nous permettent de discuter et avec les administrations  et avec les réclamants.

D’ailleurs j’ai dénommé ces sessions « sessions d’interpellation démocratique, ou sessions de dialogue ou d’échange démocratique ». Et de ces échanges à trois naissent des réponses ou des solutions aux préoccupations souvent vitales de nos concitoyens.

Mesdames - Messieurs

Cette intermédiation à titre gracieux nous éloigne de la posture de juge et nous renvoie plus vers la formule de « sous l’arbre à palabre » C’est la voie tracée par la loi 2009-22 du 3 janvier 2014 instituant le Médiateur de la République qui exige de l’Autorité administrative indépendante de réaliser et de proposer des solutions dignes frappées d’équité aux réclamations de nos concitoyens.

Cette session qui démarre ce jour 17 novembre 2017 avec vous et grâce à votre participation se terminera le 1er décembre 2017. Vingt cinq (25) administrations : centrales, préfectorales, communales et sociétés d’Etat sont concernées. Deux cent onze (211) dossiers seront examinés avec un passage  de deux à trois administrations par jour.’’

SITE DU Médiateur de la République  
Aide en ligne
Veuillez vous connecter pour l'aide en ligne. Cliquez ici pour vous connecter.